Déforestation en RD du Congo

Un bilan alarmant



D’une importance capitale pour la protection du climat, les forêts du Bassin du Congo revêtent plus de 172 millions d'hectares et constituent le deuxième plus grand massif de forêts tropicales humides du monde après la forêt amazonienne.
Elles abritent une faune d'une grande richesse et une biodiversité unique en son genre mais, si elles sont esssentielles à la survie d'espèces animales telles que le gorille ou le bonobo, elles le sont plus encore pour la population de la République démocratique du Congo : On estime que 40 millions de Congolais dépendent exclusivement de ses ressources.

Les troubles permanents et les guerres incessantes qui ont émaillé l'histoire du pays depuis son indépendance ont longtemps protégé le Congo d'une surexploitation forestière industrielle. Mais la situation s'est inversée depuis 2002 avec l'avènement de la paix et les élections de 2006. 20 millions d'hectares ont été livrés à des exploitants forestiers souvent peu scrupuleux, au grand détriment des populations paysannes qui ne reçoivent en indemnités que de vagues promesses de construction d'école ou de dispensaires, de sacs de sel ou de caisses de bière qui n'améliorent à vrai dire guère leur ordinaire. Alors que les sociétés industrielles voient leurs profits gonfler de jour en jour, les populations congolaises rurales continuent à croupir dans la misère.

L'enjeu est de taille et la communauté internationale doit aujourd'hui se mobiliser pour favoriser le reboisement et éviter le pillage systématique des ressources ligneuses de ce pays sorti exangue d'une trop longue période de conflits armés violents et multiples.

Déforestation en RD du Congo

Causes et solutions




Mais, au-delà de cette polémique, il est une évidence : à l'heure actuelle, les causes majeures de l'érosion de la biodiversité et de la déforestation en RDC restent avant tout le fait de la population elle-même et proviennent, par ordre d'importance, de la pratique de l'agriculture itinérante sur brûlis, de la coupe de bois de chauffe, du braconnage, de l'exploitation artisanale et de l'exploitation industrielle non contrôlée.
    
L'agriculture itinérante sur brûlis
L'agriculture itinérante sur brûlis pratiquée par les populations congolaises est un système agraire dans lequel les champs sont dégagés par le feu, en brûlant un parcelle de forêt, et sont ensuite cultivés d'une manière discontinue, avec des périodes de friches plus longues que la durée de la mise en culture.
Indigents, les paysans congolais n'ont aucun matériel moderne, ils cultivent à la houe et n'utilisent ni semences améliorées ni engrais qui pourraient augmenter leurs rendements.
Au bout de deux ou trois cycles d'exploitation, la dégradation de la fertilité des sols les contraignent à déplacer leurs cultures, le terrain est laissé en jachère et une nouvelle parcelle est déboisée par brûlis.
Les cultures les plus pratiquées sont le manioc, la banane plantain, l'igname, le sorgho et la patate douce, en association avec le maïs et en proportions diverses.
         
La coupe du bois de chauffe
La coupe de bois de chauffe représente environ 45 millions de m3 par an en RDC. Ce chiffre impressionnant est principalement du au très faible taux d'électrification du pays, moins de 7 %. Les ménages ruraux n'ont pas d'autre solution pour la cuisson des aliments que le bois ramassé ou coupé dans la forêt.
Seule l'électrication complète du pays résoudrait définitivement ce problème. Mais des solutions palliatives existent, capables de réduire la consommation de bois de chauffe de manière considérable et accessibles à peu de frais pour toutes les familles, même les plus indigentes.

L'une d'elle est l'utilisation de foyers de cuisson améliorés économes en bois. Simples petits fours en argile ou en briques, fabriqués artisanalement avec peu de moyens, ils économisent jusqu'à 75 % du combustible nécessaire aux activités domestiques.
C'est la méthode qu'a choisi de soutenir SOS Enfants en favorisant l'implantation de tels foyers dans les ménages les plus démunis du Nord Kivu, particulièrement touchés par la raréfaction du bois de chauffe dans leur région.
         
Solutions et moyens mis en oeuvre

Pépinières, reboisement et foyers de cuisson améliorés
SOS Enfants s'engage aux côtés de la LIDE, son partenaire local en RD du Congo, dans un programme d'agroforesterie alliant protection de l'environnement et lutte contre la pauvreté. Combinant le reboisement et la promotion de l'usage des foyers de cuisson économes en bois, ce programme vise les populations les plus vulnérables en territoire de Lubero dans le Nord Kivu.

Si ce projet vous intéresse, n'hésitez pas à rejoindre notre action !

    

SOS Enfants Aider sans Assister

8, rue du Château des Rentiers - 75013 - Paris
Tél : 01 45 83 75 56 - Fax : 01 45 85 53 60
Association loi 1901 reconnue d'utilité publique